Aïkido

Dernière mise à jour : 21-09-2017

Qu'est ce que l'Aïkido ?


     L’Aïkido, art martial d’origine japonaise, est une discipline qui ne vise pas la destruction de l’autre mais la construction de soi.

    Régulateur des agitations de la vie moderne, l'aïkido permet à chacun, sans aucune discrimination d’âge, de sexe ou de condition physique, d’apprendre à se sortir de situations de plus en plus difficiles sans recourir à la violence.
 
   Héritier de la connaissance des techniques de combat des samouraïs, Maître Morihei Ueshiba, le fondateur de l’Aïkido, a su harmoniser philosophie et art de combat pour créer une discipline martiale authentique répondant aux besoins des hommes et des femmes de la société actuelle. 


  Au travers de l’étude des techniques martiales, cette discipline traditionnelle propose une voie d’évolution personnelle.
 En excluant toute forme de compétition : pas de rivalité ni de jalousie, l’ambiance qui se dégage d’un dojo d'aïkido est donc particulière, faite de respect et d’amitié, hommes et femmes de tous milieux et de toute condition physique travaillent ensemble, les plus aguerris amenant leur expérience aux débutants.

  Les techniques d’Aïkido sont des projections, des contrôles ou des immobilisations qui sont effectués en utilisant la force de l’autre. On peut pratiquer à main nue contre un ou plusieurs adversaires, armés ou non. Le but de l’aïkido n’est pas de corriger les autres, mais de se corriger soi-même. La pratique des armes (bâton, sabre et couteau en bois) est un outil pédagogique pour travailler les bases utilisées dans l’Aïkido : la distance, l’attitude, des notions telles que la prise du centre (principe favorisant de manière optimale la possibilité de contrôler de son adversaire) acquièrent une nouvelle lisibilité pour l’apprenant).
La technique d’Aïkido, ne se laisse jamais - comme tout ce qui est du domaine de l’art - enfermer dans des tentatives de normalisation : elle échappe avec ténacité à toute fixation par l’image, par les mots, ou par les nomenclatures. N’étant pas une science exacte, et c’est ce qui en fait toute la richesse, cet art s’adapte aux qualités - et aux défauts - propres à "l’artiste" qui crée sa technique à partir des principes de base qui eux, sont immuables.

Ainsi, autant de professeurs, autant de dojos, autant d’Aïkidos.

Une discipline accessible à tous

La recherche fondamentale de l’aikidoka est celle de l’Harmonie. Il s’agit de trouver son propre équilibre, de s’accorder avec les autres, avec son environnement en général. Chacun peut donc se conformer à ses possibilités physiques propres, le but étant précisément de mieux les connaître.
Une telle pratique est accessible, à tous, homme ou femme, des enfants (l’âge minimal pour la pratique se situe aux alentours de 8 ans), aux aînés (il n’y a pas de limite…). Chacun va progressivement améliorer ses capacités de réaction face aux agressions, mieux gérer son stress et son potentiel physique.


Maîtrise de soi et assurance

L’apprentissage des techniques, basé sur le respect de l’adversaire, permet de prendre confiance en soi, de dominer la peur de la violence, de canaliser son agressivité et son stress. L’application des techniques demande de la concentration et du "sang froid ", d’où une meilleure maîtrise de son mental. L’Aïkido développe les réflexes. Elle aide les enfants et les adolescents qui la pratiquent à positionner leur corps dans l’espace : en travaillant au sein du groupe sur le tapis, chacun apprend à affirmer sa place, à faire valoir ce qu’il est, tout en étant ouvert et disponible à ce que sont les autres.

Un entretien complet du corps

L’Aïkido développe la motricité, la précision des gestes, la mobilité articulaire, le maintien. On apprend à utiliser son corps d’une façon saine et efficace et cela a des prolongements dans tous les gestes de la vie quotidienne. Un travail respiratoire régulier, basé sur les principes de l’énergétique chinoise, améliore la santé en général et le système cardio-vasculaire en particulier.

Un chemin vers l’autonomie

L’Aïkido est une méthode de développement personnelle très ouverte. Il est demandé dès le départ au pratiquant de s’investir dans sa recherche, de ne pas rester passif, de se former un œil critique. Par la suite, il sera amené à retransmettre ce qu’il a appris et petit à petit à se séparer du "modèle" de l’enseignant pour développer un Aïkido adapté à lui-même.

Les grades de l'Aïkido

   
  Au moment où il débute son apprentissage de l'Aïkido, l'étudiant porte une ceinture blanche (grades inférieurs), qu'il portera jusqu'à l'obtention de la ceinture noire (grades supérieurs) et le titre de SHODAN (1er Dan). A partir d'un certain temps de pratique le pratiquant peut être autorisé par son professeur à porter le Hakama (Vêtement traditionnel japonais : il s'agit d'un pantalon large plissé et muni d'un dosseret rigide).

  Les grades inférieurs et les grades supérieurs sont considérés comme des marques extérieures indiquant les progrès du pratiquant tout au long de son travail, après avoir acquis les rudiments de I'Aïkido. Le grade permet au pratiquant de savoir où il se trouve sur le chemin de l'Aïkido. Il ne faut jamais être pressé et attendre le moment voulu, que ce soit le professeur lui-même qui en fasse la demande avec l'accord bien sûr de l'élève. Seul le professeur est juge de ses capacités et de ses progrès.


1) Les KYU (échelon, rang) : grades inférieurs

ROKKYU (6ème échelon).
GOKYU (5ème échelon).
YONKYU (4ème échelon).
SANKYU (3ème échelon).
NIKYU
(2ème échelon).
IKKYU (1er échelon).

2) Le port du Hakama:

Porter l'Hakama signifie que l'on peut se voir confier des responsabilités au sein du dojo, que l'on s'engage corps et âme dans la voie de l'Aïkido. Parfois le port du Hakama est autorisé par certains professeurs avant le 1er kyu, bien qu'en principe le Hakama soit reservé aux grades supérieurs. Mais actuellement certains professeurs le donnent à partir du 3ème kyu. Le port du Hakama fait débat aujourd'hui en France mais aussi dans le monde.

Dans notre club, le port du Hakama est autorisé quand le professeur estime que l'élève a acquis un certain nombre de prérequis de la discipline (déplacements et techniques de bases acquises, agilité et maîtrise des roulades, régularité de pratique, capacité d'accompagnement des débutants...).

Généralement, cela correspond au minimum à deux ans de pratique régulière et à l'obtention du deuxième ou troisième Kyu.

3) Les DAN (marche, degré) : grades supérieurs

Les DAN sont au nombre de dix.
Il convient cependant de noter que les 9ème et 10ème sont très exceptionnels.

Le 1er dan signifie le début réel de l'étude et non pas un achèvement. Il n'y a pas de dan récompensant des mérites comme d'autres BUDO incluant la compétition. Les dan ne sont décernés qu'en vue de marquer et d'officialiser les qualités techniques ou mentales du pratiquant après des années de pratique et de sueur sur le tatami.

En France, les grades DAN jusqu'au 4ème DAN sont présentés devant des jurys (composés de professeurs diplômés d'état) et validés par la Commission Nationale Supérieure des Grades.

SHODAN (1er degré)
Marque le début véritable de l'étude de I'Aïkido, et non pas le signe de la maîtrise (c'est le grade de l'étudiant). Le 1er dan se concrétise par le port de la ceinture noire et du Hakama.

NIDAN (2ème degré)
Obtenu par examen et après une période deux ans de pratique (après l'obtention du 1er dan).

SANDAN (3ème degré) 
II s'obtient deux à trois ans après le NIDAN, après un examen très complet en ce qui concerne les connaissances techniques de l'Aïkido, après une période intense de pratique.

YONDAN (4ème degré)
Début de la pratique au-delà de la technique. L'examen porte sur la technique (connaissance), sur la possession effective de certaines vertus morales ; après trois à quatre ans.

GODAN (5ème degré)
Plus de cinq ans après le 4ème dan.

ROKUDAN (6ème degré)
Il n'est décerné en principe qu'à des individus hautement expérimentés, pratiquant une technique impeccable et faisant preuve de qualités morales hors du commun.

7ème et 8ème DAN
décernés sous l'autorité du DOSHU.

4) Temps d'étude minimum requis à partir de l'obtention du grade précédent :


5ème Kyu : 2 mois                                            1er Dan : 12 mois
4ème Kyu : 3 mois                                            2ème Dan : 2ans
3ème Kyu : 6 mois                                            3ème Dan : 2 ans
2ème Kyu :7 mois                                             4ème Dan : 3 ans
1er Kyu : 8 mois

 
Copyrights © 2012-2020 Association "Les amis de l'Aïkido"  |  Mentions légales  |  Webmaster  |  admin
OK
Notre site internet utilise des cookies pour réaliser des statistiques de consultations anonymes.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'information sur l'usage des cookies, cliquez ici